La culture de l'Indigo

La première fois que j’ai rencontré les Hmong, l’un des groupes ethniques les plus connus du Vietnam, j’ai voulu en apprendre plus sur leur méthode traditionnelle de teinture du tissu pour ma série photographique Indigo Collection. Les Hmong sont réputés pour leurs magnifiques costumes faits à la main à l’aide de techniques durables. Cet article donne un aperçu du procédé et de l’importance que tient l’indigo dans la culture Hmong, et offre également au spectateur un coup d’œil dans les coulisses de mes voyages en vue de photographier le procédé de teinture dans d’autres tribus telles que les Dao, les Nung ou les La Chi.

Indigo Vietnam Rehahn

Les Techniques Naturelles de Teinture
des Groupes Ethniques du Vietnam

Les femmes Hmong plongent des bandes de tissu dans des cuves de teinture bleue, les faisant tournoyer pour s’assurer que toutes les parties soient immergées.

Après un minimum de 30 minutes, avec les mains teintes de couleur indigo, turquoise ou violette, elles sortent le tissu mouillé du bac, l’essorent et l’étendent pour qu’il s’égoutte en plein air. Plus le tissu reste plongé dans la teinture, plus foncé il sera. Le tissu s’oxydera éventuellement pour prendre une couleur bleue bien connue : l’incontournable bleu cobalt des jeans.

Indigo Vietnam by Rehahn

Tandis que le tissu sèche sur des fils suspendus à l’extérieur de leur maison au toit de chaume, les femmes continuent à gérer d’autres tâches quotidiennes telles que s’occuper des enfants, cultiver ou ramasser du bois.

Leurs mains sont souvent marquées par les décennies de travail, constamment colorées telles des merlebleus à cause des teintures répétées au fil des années.

Tradition Naturelle

Indigo Vietnam by Rehahn

Après un repas commun composé de riz gluant et de légumes sautés, les femmes retournent vers leurs cuves colorées. La musique en fond est celle des villages ruraux : des enfants qui jouent, le bétail qui foule les chemins de terre, les coqs qui chantent. Les plus petits enfants, ceux qui sont trop jeunes pour se promener avec leurs frères et sœurs, restent dans les jupes de leurs grand-mères autour des cuves bleu indigo

Indigo Vietnam by Rehahn

L’habit traditionnel tissé à la main que les Hmong portent lors d’occasions spéciales et dans certains villages, dans la vie quotidienne, est teint d’une couleur indigo si foncée qu’elle en devient noire. Le procédé (teindre, étendre et sécher) doit être répété deux fois par jour pendant un mois afin d’obtenir cette couleur. Selon le sous-groupe Hmong (Black Hmong, Flower Hmong, Striped Hmong, Red Hmong, etc.), le tissu utilisé pour la tenue des femmes est ensuite brodé avec des fils de couleur éclatante tandis que celle des hommes reste simple et sombre.

Dans certaines tribus, plus l’indigo est sombre, plus le tissu a de valeur. Certains affirment pouvoir déterminer si un tissu est achevé en observant seulement l’intensité de la couleur présente sur les mains de la femme.

Les Feuilles d’Indigotier et la Récolte du Chanvre

Indigo Vietnam by Rehahn

Haut dans les montages au-dessus de Sa Pa, les ethnies continuent à fabriquer la teinture traditionnelle à partir des feuilles de l’indigotier, plante indigène du Vietnam.

Les plantes, avec leurs grandes feuilles vertes et leurs fleurs à peine violettes, sont répandues sur les collines, près des maisons Hmong. Elles peuvent habituellement être récoltées deux fois par an.

Indigo Vietnam Rehahn

La teinture se trouve dans les feuilles de la plante indigo qui, une fois cueillies, sont fermentées avec une concoction faite de divers ingrédients tels que le vin de riz, l’urine ou encore la lessive.

Lorsque l’étape de fermentation est terminée (délai que les femmes Hmong semblent reconnaître instinctivement), les feuilles sont extraites puis laissées à sécher à l’air libre. Les feuilles sèches peuvent être broyées pour créer une poudre ou une pâte qui sera conservée jusqu’à ce que la mixture soit finalement utilisée sur le tissu.

Indigo Vietnam Rehahn

Le tissu en lui-même est traditionnellement fait à partir de chanvre ; toutefois, le long procédé de traitement du chanvre et de tissage se perd au Vietnam au profit de tissus pré-achetés.

L’indigo a été une couleur recherchée pendant plus de 6000 ans et continue d’être utilisée sous sa forme naturelle dans quelques régions d’Asie et d’Amérique du sud et centrale. D’autres groupes ethniques au Vietnam tels que les Dao, les Nung et les La Chi continuent à garder leurs traditions de teinture à l’indigo et certains vendent même leurs tissus sur les marchés afin d’apporter des revenus pour leur communauté. Mais désormais, des millions de kilos de teinture synthétique sont produits chaque année, uniquement pour colorer les jeans bleus, et les traditions de teinture naturelle sont rapidement mises de côté en faveur des méthodes modernes.

Pourquoi les acheteurs devraient-ils favoriser
la teinture indigo naturelle plutôt que synthétique au Vietnam ?

Indigo Vietnam Rehahn

Durabilité est un mot qui a été utilisé (peut-être surutilisé) très fréquemment depuis ces cinq dernières années. Parfois, il est ajouté à un descriptif produit, uniquement dans le but d’attirer une certaine clientèle qui essaie d’être plus attentive à son empreinte carbone sur Terre. Il existe même une notion désignant cette pratique de faux environnementalisme : « Greenwashing ».

Pourtant, lorsqu’il s’agit d’entreprises qui pratiquent le « bluewashing » en affirmant faussement qu’elles utilisent des teintures indigo naturelles, elles risquent bien plus qu’une mauvaise publicité. Dans ce cas, la durabilité correspond à la préservation de l’environnement ainsi que des communautés qui utilisent ces traditions anciennes.

Concernant l’environnement, lorsque la teinture indigo naturelle est fabriquée, du fertilisant peut être fait à partir des feuilles après en avoir extrait la teinture, et l’eau peut être utilisée pour irriger les cultures.

La teinture indigo synthétique est faite à partir de pétrochimie, qui laisse derrière elle des déchets chimiques dangereux.

Dans certains villages des groupes ethniques, où la teinture indigo était traditionnellement récoltée, les techniques de fabrication des costumes traditionnels ne sont plus transmises aux jeunes générations. Dans quelques cas, tout le savoir est détenu dans la mémoire et les mains des femmes les plus âgées des communautés, beaucoup d’entre elles ayant plus de 80 ans.

Indigo Vietnam by Rehahn

Acheter des tissus authentiques et teints à la main peut fournir des opportunités d’emploi à long terme pour les groupes ethniques vivant au Vietnam, ainsi que maintenir leur volonté à continuer d’enseigner le procédé à leurs enfants et petits-enfants. Les styles et les méthodes peuvent changer et évoluer avec le temps afin de rester appropriés, mais préserver les techniques artisanales des Hmong est également un moyen de protéger leur patrimoine culturel.

Une Aventure à la Rencontre des Groupes Ethniques
est Devenue une Passion

Indigo Vietnam by Rehahn

La première fois que j’ai rendu visite aux Hmong dans le nord du Vietnam, j’étais inspiré, comme beaucoup avant moi, à l’idée de les photographier pour la finesse incroyable de leurs tenues et de leurs coiffes, en contraste avec l’environnement rural qui les entoure. A ce jour, je suis retourné près de douze fois dans les différents villages de la région, à chaque fois avec un objectif en tête : documenter les groupes ethniques du Vietnam et leurs techniques artisanales traditionnelles, et célébrer leur patrimoine.

En travaillant sur ma série de photographies d’art intitulée Indigo Collection, j’ai passé un nombre d’heures incalculable avec des femmes Hmong, agenouillé à côté des cuves remplies de teinture indigo, en écoutant leurs conversations et leurs éclats de rire. Elles sont devenues une part de mon monde, et moi une part du leur.

Lorsqu’elles font une pause dans leur travail pour préparer à manger ou pour m’offrir une tasse de thé, j’aime admirer ces mains teintées des restes de teinture indigo, accomplir des tâches du quotidien.

Indigo Vietnam by Rehahn

Dans mon musée Precious Heritage situé dans la ville de Hoi An, classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, il y a des exemples de costumes Hmong préservés aux côtés de portraits et de costumes de tous les groupes ethniques du Vietnam. J’ai seulement besoin de m’arrêter à côté des tenues et de toucher les broderies délicates pour amener à nouveau mon esprit au cœur des collines vertes autour de Sa Pa et des sourires chaleureux des Hmong, avec la beauté de leur patrimoine inscrite simplement sur leurs mains.